Vertueux : qualités morales 

 « En philosophie, une valeur morale est un choix qui guide le jugement moral des individus et des sociétés. Les valeurs morales forment un corps de doctrines, qui prennent la forme d’obligations qui s’imposent à la conscience comme un idéal. »

 Aristote disait : « La Nature a horreur du vide ».

Mère Nature nous le prouve jour après jour, à son rythme, depuis que le Covid-19 s’est installé dans le monde entier, dès les premiers mois de l’année 2020.

L’être humain s’est trouvé alors face à une belle Inconnue qui lui a demandée de « rester chez lui » pour son bien, et pour celui des autres ; alors il a obéi sagement, impuissant devant un état de fait qu’il ne contrôle pas et qui le dépasse. Et les peurs et les doutes se sont installés progressivement dans ce « chez soi ».

Notre premier espace de refuge et de tranquillité, est un lieu que nous connaissons bien. Il est rassurant et protecteur et notre vie personnelle y est liée intimement.

Nous y avons grandi ou nous l’avons choisi, et nos souvenirs s’enrichissent de notre présent. C’est effectivement chez nous.

Mais aujourd’hui, au fur et à mesure que les semaines de confinement passent, nos besoins fonctionnels changent et nos habitudes se révoltent. Ces mêmes espaces se transforment sensiblement et notre rapport au « chez soi » prend une autre dimension.

Notre corps ne reçoit plus avec bienveillance le confort de nos choix ; le mouvement diffère dans ces espaces identifiés et chéris, et il se révolte face au « manque de liberté ».

Une part de notre psychique est naturellement affecté, et nous pensons que le temps nous manque (ou pas) pour comprendre, car il mène notre esprit dans des différentes phases de notre nouveau mode de vie interne : incompréhension, questionnements, révoltes, acceptation, adaptation, impatience, etc.

Sans oublier notre rapport avec l’extérieur qui change aussi, avec un ressenti plus profond et pour certains traumatisant. La privation d’une certaine « liberté » n’est pas acceptée. Cet espace extérieur si facile à vivre, devient inaccessible (sauf autorisation). Seuls les fenêtres, les balcons, les terrasses et les jardins, pour ceux qui ont la chance d’en avoir un, deviennent nos alliés avec l’extérieur. Parallèlement, jamais la créativité, l’empathie et l’entre-aide n’ont été aussi présentes !

De nouvelles façons de travailler (télétravail, vidéo-conférences, etc.), de communiquer à travers de simples applications, ou en utilisant des espaces aussi simples que les balcons ou loggias (applaudissements, chansons, danses, etc.), se sont développées rapidement dans l’esprit de l’’être humain. Des millions de personnes dans le monde réclament aujourd’hui le droit à « mieux vivre sur notre Terre ».

Le constat est bouleversant : nous traversons une pandémie qui nous offre la possibilité de penser autrement nos espaces de vie.

… et les questions se bousculent :

  • Sommes-nous vraiment en prison « chez nous » ?
  • Comment redéfinir la Liberté que nous pensons ne plus avoir ?
  • Que devons-nous déduire de toutes ces expériences vécues pendant le Codiv-19 ?
  • Quelles propositions de réorganisation fonctionnelle, architecturale, urbaine et volumétrique de nos quartiers et habitations dans l’avenir ?
  • Quels seraient les nouveaux concepts de vie entre bâtiments ou logements ?
  • Comment réécrire notre nouveau rapport avec l’extérieur ?
  • Comment les quartiers et les villes en réflexion, seront-ils conçus après avoir pris conscience des chamboulements que nous vivons aujourd’hui, pour « mieux vivre Ensemble et en Paix demain » ?
  • Aristote ne s’était pas trompé au sujet de la Nature, mais il nous a mis sur une deuxième réflexion : est-ce la Société qui a horreur du vide ?

Le concours d’idées lancé par le Groupe KLK Khayatey Living et organisé par Archimedia, est palpable car il se base sur l’expérience de tout à chacun aujourd’hui et maintenant.

Je vous invite à lire l’article de Monsieur Édouard Malsch intitulé :

UN MODÈLE URBAIN À L’ÉPREUVE DU CONFINEMENT (lien ci-dessous) :

https://www.urbanews.fr/2020/04/06/57507-un-modele-urbain-a-lepreuve-du-confinement/

 Mary-Rahma Homman, architecte programmiste 

Aristote ne s’était pas trompé au sujet de la Nature, mais il nous a mis sur une deuxième réflexion :
est-ce la Société qui a horreur du vide ?

CONTACT@concours-hvc.com